Procession Dansante


St.Willibrord et la procession dansante

La naissance de la ville d’Echternach se situe, d’après les historiens, en l’an 698 après J.Chr. En effet, cette année là, le moine irlandais Willibrord, devenu entre-temps archevêque d’Utrecht, arrive dans notre région. Il reçoit alors comme donation de la part d’Irmine, abbesse d’un couvent à Trèves, une propriété au bord de la Sûre. Ceci permet à Willibrord de construire une petite église et de fonder plus tard, à côté, une abbaye qui allait devenir un centre spirituel et culturel important au cours des siècles. Après la mort de Willibrord en 739, il fut inhumé dans la crypte de son église. Peu de temps après, les pèlerins affluèrent vers le tombeau du saint pour demander son aide contre toutes sortes de maladies. La vénération pour le saint homme se manifestait e.a. par des processions appelées dans un texte «les saints dansants». Le premier document qui en parle avec certitude date de la fin du 15ème siècle. Cette procession dansante, unique en son genre, a perduré jusqu’à nos jours et a lieu annuellement le mardi de la Pentecôte. Des milliers de danseurs en rangs de cinq, répartis en une cinquantaine de groupes, dansent sur la musique et le rythme d’autant d’ensembles musicaux jouant un air de polka sans cesse répété, à travers la ville jusqu’au tombeau du saint.

Pour des informations supplémentaires, veuillez consulter le site www.willibrord.lu

 

 

 


La Procession dansante a été inscrite mardi au patrimoine immatériel de l'Humanité par un comité intergouvernemental de l'Unesco réuni à Nairobi. Le 16 novembre 2010, lors de sa 5e session à Nairobi au Kenya, le "Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel" de l’Unesco a présenté la candidature de la Procession dansante d’Echternach, en vue de son inscription sur la "liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité", et en se référant au dossier luxembourgeois et de la brève description suivante : "Chaque année, le mardi de la Pentecôte (…), a lieu dans le centre-ville moyenâgeux d’Echternach, la plus ancienne ville du Luxembourg, la procession dansante d’Echternach (Iechternacher Sprangprëssioun). Documentée dès l’an 1100, la procession a pour fondement le culte de saint Willibrord, moine et fondateur de l’Abbaye d’Echternach, vénéré pour ses activités missionnaires, ses bienfaits et son don de guérir certaines maladies. Malgré l’opposition de l’Église due aux éléments païens de la procession, ses interdictions successives n’ont pas empêché son extension à la région entière et à toutes les catégories sociales. La procession commence de bon matin dans la cour de l’ancienne abbaye (…). Les chanteurs récitent des litanies, suivis de quelque 8 000 danseurs, divisés en 45 groupes selon un rituel transmis de génération en génération. Elle s’achève par un office dans la basilique. La procession actuelle est un événement religieux profondément ancré dans la tradition qui s’exprime par la prière, les chants et la danse, forme historique du culte. De nos jours, la procession, soutenue par les autorités civiles et religieuses, rencontre un succès croissant malgré la sécularisation, avec en moyenne chaque année 13 000 pèlerins provenant du G-D. de Luxembourg et des régions avoisinantes." Le Comité a constaté que "d’après l’information fournie dans le dossier de candidature, la procession dansante d’Echternach satisfait aux critères d’inscription sur la liste représentative comme suit: 1. fortement ancrée dans la communauté d’Echternach, la procession dansante est transmise de génération en génération, procurant à ses participants et au public un sentiment d’identité et de continuité ; 2. l’inscription de la procession dansante d’Echternach sur la liste représentative pourrait contribuer à sensibiliser à l’importance de la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel au Luxembourg et dans le monde entier, tout en favorisant le respect de la créativité humaine ; 3. diverses mesures de sauvegarde à différents niveaux, telles que la création d’un musée de l’abbaye et d’un centre de documentation, sont proposées avec l’engagement exprès de la communauté et de l’État ; 4. le processus de candidature a impliqué la participation des autorités civiles et l'oeuvre Saint-Willibrord, organisme responsable de la procession, et leur consentement libre, préalable et éclairé est démontré ; 5. la procession dansante d’Echternach est incluse depuis 2008 dans l’inventaire national du patrimoine culturel immatériel tenu par la Commission nationale du Luxembourg pour la coopération avec l’UNESCO." Sur cette base, le Comité de sauvegarde du patrimoine immatériel a inscrit la procession dansante d’Echternach sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Cette décision a été prise à l’unanimité, et sans susciter la moindre contestation. La délégation luxembourgeoise était composée de Jean-Pierre Kraemer, président de la Commission nationale pour la coopération avec l’Unesco, et Paul Klein, secrétaire général. Au nom de son pays, Monsieur Kraemer a remercié dans son intervention le Comité intergouvernemental, l’organe subsidiaire chargé de l’évaluation du dossier de candidature, le secrétariat de l’Unesco ainsi que tous les collaborateurs du dossier de candidature. Dans son message de remerciement, il a mis en exergue l’importance de cette inscription, pour le rayonnement international d’Echternach comme haut lieu de la culture chrétienne, européenne et désormais "universelle". La ministre de la Culture, Octavie Modert se joint aux responsables de l’oeuvre St Willibrord à Echternach pour saluer cette décision, résultat d’un engagement et d’efforts coordonnés des deux côtés. Un patrimoine culturel et religieux unique au monde a ainsi été reconnu. Il est important qu'Echternach ainsi que le G-D. de Luxembourg puissent figurer avec la Procession dansante sur la mappemonde immatérielle. Le patrimoine culturel immatériel est en effet un facteur important du maintien de la diversité culturelle. Connaître le patrimoine culturel immatériel de différentes communautés fait partie intégrante du dialogue interculturel et encourage le respect de l’autre. La décision intervenue représente un beau succès pour Echternach et son patrimoine historique, culturel et religieux extraordinaire. (Communiqué par le ministère de la Culture)